Le CPF ou Compte Personnel de Formation a été créé en 2015 et a été modifié progressivement. Il est issu d’une volonté politique afin de rendre les salariés compétents pour s’adapter aux besoins évolutifs de leurs métiers. Il s’agit d’une sécurisation du parcours professionnel en vue d’être promu ou d’obtenir une reconversion professionnelle. Comment fonctionne le dispositif du CPF ?

Caractéristiques du CPF

Le CPF est une mesure entreprise qui remplace les droits individuels à la formation ou DIF. Les personnes âgées de plus de 15 ans ont un compte formation individuel qui leur permet de se former jusqu’à leur retraite. En ce terme, les salariés, les chômeurs et les non-diplômés seront accompagnés durant leur parcours professionnel. Ce compte est crédité en heure durant tout le parcours professionnel. 

Depuis sa création, la formation CPF ajoute des heures de formation professionnelle pour les comptes. Dans cette optique, elle propose un travail à plein temps et un travail à temps partiel. La totalité de la durée annuelle des travaux à temps plein équivaut à 24 heures de crédits. Le taux maximum est de 150 heures pour sept ans et demi de formation. Pour le travail à temps partiel, le montant est calculé en fonction de la durée de la formation. À l’exception des conventions collectives plus favorables.

Les crédits contenus dans le compte formation individuel seront ensuite utilisés pour une double utilité. D’une part, le bénéficiaire peut jouir d’une formation dans l’objectif d’obtenir un socle de connaissance et de compétences. D’autre part, il peut profiter d’un accompagnement à la validation de ses acquis professionnels ou VAE. Dans certains cas, le CFP renvoie à l’acquisition d’une partie des diplômes en prenant en compte l’expérience professionnelle de l’intéressé.

Les types de formation existants

La formation CPF est un nouveau dispositif de formation professionnelle. Par ailleurs, les crédits accumulés dans le compte de formation sont conservés en cas de changement ou de perte d’un emploi. Depuis la réforme en 2019, l’ancienne liste de formation éligible a été abrogée. En effet, la formation éligible CPF doit être certifiée, diplômante ou qualifiante pour être validée.

Par conséquent, la nouvelle liste regroupe d’une part des formations sanctionnées. Entre autres, elles concernent la certification professionnelle enregistrée au RNCP et l’attestation de validation de blocs de compétences ainsi que l’habilitation enregistrée. D’autre part, la validation des acquis convertit les expériences professionnelles afin d’obtenir un diplôme ou un certificat de qualification. En outre, ces différentes formations sont attribuées aux bénévoles ou aux créateurs d’entreprise et concernent leurs bilans de compétences.

Dans la majorité des cas, le CPF formation qualifiante est défini par une entreprise et par l’État. L’entreprise doit ainsi approuver l’accumulation de compétences de l’apprenti. C’est en ce sens que l’employeur effectue un entretien d’évaluation périodique de 2 ans avec son salarié. Il doit également réaliser un test écrit tous les 6 ans.

Par ailleurs, les formations dotées d’une unité pédagogique capitalisable et qui sont reconnues par le CPNFPE et/ou le CPRFPE peuvent être éligibles en CPF. Elles sont certifiées et valident les prérequis dès le début du cours. Les formations expérimentales et la validation des acquis sont réalisées en fin de parcours. Ce type de formation est avantageux pour le salarié dans la mesure où il combine ses acquis professionnels et académiques.

Modalité d’inscription pour un CPF

La création d’un compte CFP est établie sur une plateforme dédiée à cet effet. En ce sens, les informations qui concernent l’internaute doivent être mentionnées dans les fiches de renseignements.

Le CPF convient aux individus qui sont en droit de travail. L’intéressé doit chercher la formation qui lui permet d’améliorer sa carrière professionnelle ou de l’orienter pour d’autres postes. En l’occurrence, il bénéficie d’un accompagnement lors de la prise en charge des heures par l’OPCA.