Quand les gens meurent, ils laissent derrière eux une vie qui doit être fermée. Leurs funérailles doivent être planifiées, leurs comptes bancaires fermés, leurs animaux domestiques relogés et leurs factures finales doivent être payées. Si c’est un proche qui est décédé, la tâche de gérer ces informations personnelles et juridiques peut vous incomber. C’est une tâche stressante et bureaucratique qui peut prendre un an ou plus, tout en pleurant la perte. La quantité de paperasses peut surprendre les survivants. Il s’agit d’une responsabilité majeure et de nombreux détails doivent être pris en compte. Si vous ne savez pas que faire en cas de décès, vous devez faire appel au service funèbre.

Immédiatement après le décès

Obtenez une déclaration légale de décès : si votre proche décède dans un hôpital où une maison de retraite où un médecin était présent, le personnel s’en occupera. Un constat de décès à l’hôpital est la première étape pour obtenir un certificat de décès (un document essentiel). Mais que faire en cas de décès à domicile ? Vous devrez demander à un médecin de déclarer sa morte, surtout si c’était inattendu. Pour ce faire, vous devez appeler les services d’urgence immédiatement et faites là transporter dans une salle d’urgence où elle peut être déclarée morte et transférée dans un salon funéraire. Si un membre de votre famille est décédé à domicile sous soins palliatifs, une infirmière peut déclarer sa mort. Sans constat de décès, vous ne pouvez pas planifier des funérailles et encore moins gérer les affaires juridiques du défunt. Ensuite, vous devez informer vos amis et votre famille. Vous pouvez également publier une annonce de décès sur les réseaux sociaux appropriés. Découvrez les plans funéraires sur www.revolution-obseques.fr en fonction de la volonté du défunt. Recherchez une lettre d’instructions dans les papiers du défunt ou convoquez une réunion de famille pour avoir la première conversation sur ce à quoi ressembleront les funérailles. Ceci est essentiel s’il n’a laissé aucune instruction. Vous devez discuter de ce que la personne voulait en matière d’enterrement, ce que vous pouvez vous permettre et ce que la famille veut.

Quelques jours après la mort

Prendre des dispositions pour les funérailles, l’enterrement ou la crémation. Recherchez les documents pour savoir s’il y avait un plan d’enterrement prépayé. Sinon, vous devrez choisir un salon funéraire et décider des détails comme l’endroit où le service aura lieu, s’il faut incinérer, où le corps ou les cendres seront enterrés et quel type de pierre tombale ou d’urne à commander. C’est une bonne idée de rechercher les prix des funérailles pour vous aider à prendre des décisions éclairées. Si la personne était dans l’armée ou appartenait à un groupe fraternel ou religieux, contactez l’administration des anciens combattants ou l’organisation spécifique pour voir si elle offre des prestations d’inhumation ou organise des services funèbres. Demandez de l’aide pour les funérailles. Alignez parents et amis pour être porteurs, faire l’éloge, planifier le service, tenir une liste de sympathisants, rédiger des notes de remerciement et organiser le rassemblement post-funéraire.

Deux semaines après la mort

Obtenez 10 exemplaires certifiés de certificat de décès. Vous en aurez besoin pour fermer des comptes bancaires et de courtage, pour déposer des réclamations d’assurance et enregistrer le décès auprès d’organismes gouvernementaux, entre autres. Le salon funéraire avec lequel vous travaillez peut obtenir des copies en votre nom, ou vous pouvez les commander auprès du bureau des statistiques de l’état civil dans lequel la personne est décédée. Les survivants de votre proche doivent savoir où l’argent et les biens iront. Si vous avez parlé à votre parent avant son décès où il avait conservé son testament, c’est l’idéal. Sinon, recherchez le document dans un bureau, un coffre-fort ou partout où elle a conservé des papiers importants. L’exécuteur doit être impliqué dans la plupart des étapes à venir. S’il n’y a pas de testament, le juge de la cour d’homologation nommera un administrateur à la place d’un exécuteur testamentaire.