Histoire et patrimoine : Les secrets du Canal des Moines

Canal des Moines

Publié le : 14 septembre 20236 mins de lecture

À l’occasion de vacances en Corrèze ou dans les départements environnants, une balade le long du Canal des Moines est une activité revigorante qui vous permettra de respirer le grand air et de vous plonger dans l’histoire religieuse de la région. Cette construction remarquable à flanc de montagne est située dans le petit village d’Aubazines, une charmante commune rurale nichée entre Brive-la-Gaillarde et Tulle. Découvrez les passionnantes anecdotes de sa fabrication et les détails de son utilité d’antan.

Un moine bâtisseur

La réalisation du Canal des Moines au début du XIIe siècle est due à l’ingéniosité et à l’incroyable dynamisme d’un célèbre religieux corrézien nommé Étienne de Vielzot. Né aux alentours de l’année 1085, il a grandi dans une famille très pratiquante ce qui l’a tout naturellement conduit à entrer dans les ordres. Un jour, afin de s’éloigner des futilités de la vie terrestre et de se consacrer pleinement à ses adorations, le jeune prêtre, accompagné de son ami Pierre, a décidé de se retirer dans la campagne. Après s’être bâti une modeste cabane au milieu de la forêt d’Aubazines, les deux ascètes ont petit à petit commencé à accueillir de nouveaux compagnons dans leur entourage. Cette communauté naissante a tout d’abord mis sur pied un monastère réservé aux hommes, suivi d’un deuxième dédié aux femmes. En 1146, le pape Eugène III a accepté d’affilier le groupe d’Étienne de Vielzot à l’ordre cistercien. Suite à cet adoubement, ce dernier s’est officiellement retrouvé à la tête de la grande et célèbre abbaye cistercienne d’Obazine. Le prolifique moine a ensuite continué d’agrandir son patrimoine jusqu’à sa mort le 8 mars 1159.

Un canal prodigieux

L’un des traits de caractère qui distinguent les moines cisterciens de leurs camarades issus des autres ordres est leur goût pour l’effort et le travail bien fait. Depuis toujours, les abbayes gérées par leurs soins sont autosuffisantes. Cela signifie concrètement qu’elles ne dépendent pas de l’argent des fidèles ou d’une quelconque subvention financière pour fonctionner. Ainsi, en plus de leur isolement du monde extérieur et de leur dévotion totale, les membres de la communauté cultivent leurs légumes, produisent eux-mêmes diverses autres denrées alimentaires mais fabriquent également des objets artisanaux qu’ils vendent pour gagner quelques fonds. À Aubazines, Étienne et ses disciples possédaient par exemple un moulin, un vivier, un atelier ainsi qu’un potager. C’est pour alimenter en eau l’ensemble de ces éléments qu’ils ont été forcés de creuser un long canal dans la roche qui prend sa source dans le Coiroux et irrigue l’intégralité des terres. Ce réseau hydraulique fascine de par les nombreux encorbellements créés pour contourner les rochers ou encore par les murs étanches qui passent au-dessus du vide. On a ici à faire à une réelle merveille architecturale.

Ce qu’il est possible de visiter aujourd’hui

Les phénomènes climatiques extrêmes ainsi que l’usure du temps sont passés par là mais le canal et l’abbaye d’Aubazines sont toujours debout. Ils ont été rénovés au fur et à mesure des années et sont extrêmement bien conservés. Il est possible de vous y rendre pendant votre séjour en Nouvelle-Aquitaine en réservant une visite guidée sur des sites touristiques spécialisés comme vallee-dordogne.com. Vous cheminerez le long de l’authentique circuit d’irrigation puis vous découvrirez les différents bâtiments monastiques tels que le cloître, le dortoir, la cuisine ou encore le scriptorium. Vous verrez également l’ancien bassin à poissons où étaient redirigées les eaux du Coiroux. D’autre part, le cadre bucolique du lieu est propice à une méditation profonde ou à un pique-nique en plein air. Vous ne le savez peut-être pas encore mais la célèbre créatrice de mode Gabrielle Chanel, plus connue sous le nom de Coco Chanel, a été pensionnaire d’un orphelinat qui se trouvait à cet endroit. Une large partie de son inspiration est très probablement issue de l’atmosphère de piété qui y règne.

Les joyaux de la Dordogne

Après votre escale en Corrèze au bord du canal d’Aubazines, votre séjour camping en Dordogne sera également une bonne occasion d’aller admirer quelques splendeurs naturelles locales qui n’ont rien à envier à la création des moines. Au gouffre de Proumeyssac, vous rencontrerez des fontaines cristallines et des stalagmites scintillantes qui vous laisseront bouche bée. Dans la grotte de Lascaux, vous accomplirez un voyage initiatique bouleversant jusqu’aux confins de la préhistoire. Le reste est à découvrir par vous-même au gré de vos pérégrinations dans les décors préservés que vous croiserez sur votre passage. Soyez certain que la Dordogne saura vous satisfaire et que vous ne regretterez en rien d’être venu passer du temps dans ce joli coin de France trop souvent oublié. Moins populaire que les montagnes de la Savoie ou que les plages des Alpes-Maritimes, elle n’en est pas moins dépaysante.

Plan du site