Une bonne vue reflète la santé des yeux, d’où la nécessité de procéder à un check-up périodique. Dans ce cas, quelles démarches à faire ?

Comment prendre soin de sa vue ?

A priori, une bonne hygiène de vie est la première condition pour pouvoir préserver la vue. Elle consiste en un régime alimentaire sain et en des activités physiques suffisantes et adaptées. Ces dernières aident à préserver sa santé en général, mais aussi celle des yeux. Pour les jeunes adultes, des symptômes peuvent apparaître vers la fin de la puberté. À ce moment, il faut traiter rapidement l’œil affecté. À partir d’un certain âge, notamment à la quarantaine, un contrôle systématique chez l’ophtalmologue est recommandé, même sans symptômes apparents de malaises ou maladies. Effectivement, certaines affections, comme le kératocône, peuvent atteindre les yeux sans que la personne s’y attende. Raison pour laquelle les check-up restent indispensables.

Les différents maux des yeux et les traitements adéquats

À partir de l’âge adulte, le kératocône est une maladie qui peut atteindre les êtres humains. Il s’agit d’une diminution de la cornée, dont le tissu clair bombé devient plus mince, avec une courbure ressemblant à un cône vers l’extérieur. D’origine encore inconnue, il se traduit par un trouble de la vision, une sensibilité à la lumière et un éblouissement. Dans ce cas précis, des lunettes ou des lentilles de contact (lentille de contact rigide ou lentille de contact sur-mesure) sont la solution pour corriger la vision. En phase avancée, une greffe de la cornée et une prothèse oculaire restent les meilleures options.

Le glaucome est un autre problème pouvant toucher les yeux. Maladie résultat d’une hypertension oculaire, avec un risque très élevé de cécité totale, il détruit progressivement les fibres composant le nerf optique. Il peut atteindre le champ visuel, de manière à rendre le patient totalement aveugle. Les signes commencent à se manifester vers l’âge de 45 ans. Le patient peut voir droit devant, mais perd totalement la perception sur les côtés, et ce, de manière progressive. Pour mieux le détecter, consulter un ophtalmologiste qui réalisera une mesure de la vision, de la tension oculaire, ainsi que d’un fond d’œil (visualisation du nerf optique) est de rigueur. Le praticien peut recourir à une analyse du champ visuel ou à un OCT (optical coherence tomography) pour bien déterminer la présence de la maladie. Cette maladie n’a aucun signe avant-coureur, raison pour laquelle une visite systématique est obligatoire pour pouvoir la détecter à temps et éviter les complications. Des collyres servent à faire baisser la tension de l’œil, sinon, un laser ou une chirurgie peut être utile.

La DMLA est une autre maladie oculaire liée au vieillissement de l’œil. Elle commence par la maculopathie, avec des dépôts jaunâtres dans l’œil, notamment sur la surface rétinienne. Des néo vaisseaux apparaissent pour affecter l’acuité visuelle de manière à laisser le patient handicapé de l’œil, avec une vision périphérique limitée, sans être totalement aveugle. Pour information, outre l’âge, le tabagisme, l’obésité abdominale, les maladies cardiovasculaires et les maladies oculaires héréditaires sont d’autres facteurs qui favorisent la DMLA. En cas de symptômes, comme la nécessité de plus de lumière pour la lecture, il faut rapidement faire appel à un médecin spécialiste pour un scanner ou un angio OCT afin de trouver l’arbre vasculaire de la rétine. Après, il faudra traiter la maladie par des injections intravitréennes sous anesthésie locale.

Maladie attaquant les vaisseaux de la rétine, la rétinopathie diabétique a pour origine l’insuffisance de l’apport en oxygène au niveau central ou périphérique. Ce manque peut entraîner une cécité certaine aux sujets diabétiques. Avec ou sans symptômes, il faut que chaque individu soit au courant de son état de santé et faire une analyse pour diagnostiquer le diabète. Il suffit dans ce cas de faire une photographie de la rétine auprès d’un orthoptiste, ainsi que d’un suivi ophtalmologique annuel pour les diabétiques confirmés. Son traitement se fait par des injections de corticoïdes. En guise de prévention, il suffit d’équilibrer son taux de glycémie, de cholestérol et de glycérides, et surtout, d’avoir une hygiène de vie saine (sans tabacs).

Les maladies bénignes à ne pas négliger

Le cataracte est une maladie qui est souvent négligée. Se matérialisant par l’opacification du cristallin, il se traduit par un trouble de la vue, aussi bien pour les jeunes que pour les plus âgés. Outre le trouble de la vision, le cristallin blanc opaque est aussi un des signes les plus courants. La chirurgie est la solution pour restituer la vision.

La prévention de la vue

Certaines maladies graves de l’œil sont indolores, même en stade avancé. De ce fait, la vue est fortement en danger. Ainsi, il est nécessaire de s’informer sur les maladies héréditaires et les affections de signes invisibles. Un contrôle régulier s’impose pour éviter les maladies asymptomatiques. Seul un spécialiste est apte à faire des dépistages fiables. Si des antécédents familiaux en maladies oculaires ont été constatés, une surveillance rapprochée de la vue est obligatoire. Dans tous les cas, une bonne hygiène alimentaire s’avère être la meilleure prévention. Sinon, il faut penser à renforcer cette alimentation par un régime riche en bêta-carotène, en antioxydants, en oméga 3, en zinc, en cuivre, en lutéine et en zéaxanthine. Dans cette optique, la prise de complément alimentaire peut aider. Néanmoins, il convient de demander l’avis d’un spécialiste pour plus d’efficacité.