Entretien Maxime Jacquier – Clément Pélissier

Tandis qu’une faille spatio-temporelle confirme le passage d’une inquiétante horde de zombies le 28 juin prochain à Grenoble, la thématique de ces étranges créatures taraude plus que jamais les esprits.

Les Rêv’ailleurs ont répondu à la demande de Maxime Jacquier, étudiant en master recherche de sociologie, mention art et culture, à l’UPMF de Grenoble. Ce master est rattaché au laboratoire EMC2. Maxime demandait un éclairage sur la question du zombie et c’est Clément Pélissier, doctorant du centre de Recherche sur l’Imaginaire et membre actif des Rêv’ailleurs qui lui répondait.

Ils ont discuté, et voici les enregistrements de ces discussions (pour un total de 3h).

Pour télécharger ces fichiers, c’est là :

Maxime Jacquier

Amateur de cinéma et de séries télévisées, et m’intéressant aux cultures dites « underground », subversives, sous-cultures (subculture en anglais) et aux cultures populaires, ainsi qu’aux concepts de Représentation et d’Imaginaire, du point de vue des sciences sociales. Il a choisi de rédiger son mémoire de M1 sur les zombies portés à l’écran. Il essaye donc d’analyser comment la créature Zombie, à travers le prisme de la science-fiction, est utilisée dans certains films et séries ( les œuvres de George Romero et les séries télévisées The Walking Dead, Dead Set et In the Flesh) pour mettre en scène des univers apocalyptiques, qui à travers les représentations que nous en avons ainsi que nos imaginaires collectifs, permettent de traiter des questions quant aux pratiques et rites humains face à la mort, face à l’absence de cadre institutionnel et sur comment les Hommes recomposent « le social ». Rien ne semble mieux expliquer son sujet que les citations respectives de B. Villaret et L-V. Thomas dans Civilisation et divagations de ce dernier.

« Dans la science-fiction, ce qui m’intéresse véritablement, ce n’est ni la science, ni la fiction. Mais plutôt les conjonctures sociales et philosophiques qu’un auteur peut se laisser aller à y développer et qui lui permettent de projeter dans l’avenir les problèmes qui lui tiennent à cœur1. »
« L’extrapolation répond toujours au rêve mais quand le peur à ruiné l’espoir, il arrive que les rêves soient des cauchemars. Ainsi, le nouveau courant de la Science-Fiction -celui qu’on désigne, en gros, sous le nom de spéculative fiction -s’est-il affranchi de l’exemple éthéré de Jules Verne pour s’orienter dans la voie amorcée par Wells, Huxley et Orwell : celle des lendemains qui déchantent. »

Contact : maxlepilot /at/ hotmail.fr

Clément Pélissier

Clément suit un cursus universitaire de Lettres modernes à l’Université Catholique de Lyon. Il passe son dernier semestre de licence à l’Université de Montréal au Québec.
De retour en France, Clément se spécialise dans les littératures de l’imaginaire et intègre le parcours proposé par le Centre de Recherche sur l’Imaginaire de l’université Stendhal Grenoble 3. Durant les deux années de son master en littérature, il a exploré, sous la direction de Philippe WALTER, la permanence de mythèmes au travers des civilisations, avec en 2011 une recherche sur « La Queste del Saint-Graal : les chevaux du tourment et leurs traces dans les folklores » et en 2012 sur « Satan et Saturne : le Pacte des mélancoliques dans Le Miracle de Théophile et Faust ». Ses recherches actuelles de thèse sous la direction de Marie-Agnès Cathiard concernent l’étude des imaginaires scientifiques dans les sociétés du comic book américain, depuisles années 80 jusqu’à nos jours. (« Multimodalités paroles-images du comic book : un imaginaire tangible de l’agentivité super-héroïque »)

Clément Pélissier se spécialise donc sur les super-héros mais se passionne pour l’imaginaire sous toutes ses formes et en particulier celles de la culture populaire, (et culture « geek ») de la littérature au cinéma, en passant par les jeux-vidéos, les comics ou encore les mangas. Les zombies sont l’une des nombreuses entrées dans la culture populaire qu’il affectionne particulièrement.

Comments

No comments so far.

  • Leave a Reply
     
    Your gravatar
    Your Name
     
     
     

     
     
 
932ac3e3c465c05d880141bc7b441cebooo